L’après CoviD ou « de la chance de jouer dans une fanfare quand on n’est pas un soufflant »

Aujourd’hui, 3 mois après le début du confinement, j’ai repris le chemin de la « scène » en jouant avec Dissident Chaber dans les rues de Calais. En tant que bassiste / guitariste, je mesure la chance qui m’est donné de pouvoir jouer dans une formation de type fanfare… capable de proposer un spectacle de type déambulatoire… pouvant tout à fait s’adapter aux contraintes que nous imposent les règles sanitaires. Alors que nombre de mes amis – musiciens de scène – continuent de ronger leur frein, j’ai pu enfin ressortir une guitare et aller à la rencontre du public.

Même si la production de musique dans mon studio est une activité que j’affectionne beaucoup, il faut bien avouer que ça fait aussi du bien de rejouer avec et devant de vrais personnes…

Alors, en rentrant chez moi ce soir, j’ai envie de dire : merci Dissident Chaber et la Roulotte Ruche.

Et aussi : à bientôt, cher lecteur, sur scène, dans la rue ou autour d’un verre, mais surtout : en vrai !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s